Actus

Association : se lancer dans le mécénat de compétences

Associations : 15 conseils pour se lancer dans le mécénat de compétences

 

Auteur : Pascal Loviconi, consultant-formateur à Accointance

 

Résumé : ce n’est pas parce que le mécénat de compétences est médiatisé qu’il est facile à mettre en place. Cela se prépare, comme tout projet mobilisant des équipes différentes issues de milieux différents.

 

 

Votre association a un projet de développement qui nécessite la mobilisation de compétences qu’elle a repéré ne pas avoir en son sein.

Le besoin repéré est précis et vous décidez de vous lancer dans l’aventure du mécénat de compétences : vous allez proposer à une entreprise d’accueillir l’un de ses salariés sur une période d’un certain temps pour qu’il vous aide à développer votre projet.

Voici 15 conseils pour cette coopération se passe au mieux. Pour vous, en tant qu’association d’intérêt général, il est utile de :

La phase amont

1. Définir votre besoin, la tâche ou la mission, sa durée, le nombre de personnes à recevoir et la/les compétence(s) associée(s)

2. Repérer dans quels réseaux faire passer votre annonce après avoir vérifié sa bonne compréhension par un acteur de culture privée

3. Poser les critères souhaités de profil de la personne à accueillir (les différents types de savoirs et comportements)

4. Prévoir également le cadre d’accueil, les modalités d’intégration, de transmission, de suivi, de coopération au sein d’une équipe

5. Vérifiez votre capacité juridique à émettre ou pas un reçu fiscal pour don, si l’entreprise vous le demandait

6. Communiquer à l’entreprise les éléments dont elle besoin pour qu’elle diffuse l’offre à l’interne

7. Si vous avez déjà repéré une entreprise partenaire, vérifier si elle a déjà posé un cadre formel spécifique d’appel à propositions d’association (ou non)

8. Voir avec elle si c’est une PME novice en la matière si elle a besoin ou pas d’être accompagnée

9. Sélectionner un candidat en phase avec votre culture de travail et le sens de votre projet

10. Anticiper les critères de réussite de la mission et de la coopération

Pendant

11. Caler avec l’entreprise les questions d’assurance et de modalités juridiques de la présence du/des collaborateur(s) volontaire(s) :

– soit l’entreprise exécute un contrat de prestation de services au titre du mécénat qui sera légal dès lors qu’il ne consiste pas en une fourniture de main-d’œuvre à but lucratif

– soit l’entreprise mécène met par convention entre vous et elle un ou des salariés à votre disposition. L’entreprise passe un avenant précis au contrat de travail du salarié. Comme le spécifie l’Admical, ‘’l’opération porte sur le travail d’autrui et ce prêt revêt un caractère non lucratif, les opérations de mise à disposition de personnel à but lucratif n’étant autorisées que pour les entreprises de travail intérimaire. L’entreprise mécène demeure l’employeur du personnel au regard de ses obligations juridiques et sociales. La structure bénéficiaire est, quant à elle, responsable des conditions d’exécution du travail’’.

Pour en savoir, le code du Travail en son article L 8241-3.

Dans le cas du mécénat avec prestation de service, la base de calcul du montant du don est indiquée par l’entreprise, c’est son coût de revient, et en cas de personnel mis à disposition, c’est le coût du temps passé par le salarié, chargé.

12. Prendre le temps d’intégrer le salarié d’entreprise à votre réalité, votre langage et à votre manière de travailler et repréciser conjointement les objectifs de travail

13. Convenir d’un cadre d’indicateurs partagés de réussite impliquant toutes les parties

14. Progressivement, si vous êtes dans le cas d’une mission exécutée dans la durée, anticipez le départ de la personne : qui fera quoi, en quoi sa compétence a-t-elle été transmise ?

La phase aval

15. Prendre le temps d’évaluer l’action menée … tout comme la coopération, selon ce qui faisait au départ indice de réussite pour chaque partie. Il est intéressant enfin d’essayer de mesurer l’impact pour l’association comme pour l’entreprise : en quoi le croisement de ces deux cultures de travail a fait évoluer chacun ?

Bon vent !